Se connecter S'abonner



    

 Se connecter  S'abonner
CINÉMA


Jurassic World: Fallen Kingdom
Deux films en un mais qui n'apprend pas de ses leçons


Écrit par
Marie Dujean

 25 aot 2021   0 commentaires   0 j'aime    115 vues



En 2003, j'ai reçu un chèque-cadeau pour un magasin de musique. À l'époque, ce type de magasin n'avait pas disparu. Mais ce n'est pas le sujet de mon histoire.
Je ne savais pas quel album acheter et j'ai vu le dernier disque de Radiohead, intitulé Hail to the Thief. J'ai demandé à un ami avec qui j'étais si c'était de la bonne musique et il m'a répondu que Radiohead était un groupe génial. J'ai donc acheté ce disque et j'ai fini par l'aimer énormément.
Il y a une chanson que j'aime beaucoup, intitulée Where I End and You Begin. Voici les paroles :

There's a gap in between
There's a gap where we meet
Where I end and you begin
And I'm sorry for us
The dinosaurs roam the earth
The sky turns green
Where I end and you begin
(4, 5, 6, 7)
I am up in the clouds
I am up in the clouds
And I can't, and I can't come down
I can watch and not take part
Where I end and where you start
Where you, you left me alone
You left me alone
X will mark the place
Like the parting of the ways
Like a house falling in the sea
In the sea
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive
And there'll be no more lies
There'll be no more lies
There'll be no more lies
There'll be no more lies
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive
And there'll be no more lies
There'll be no more lies
There'll be no more lies
There'll be no more lies
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive
And there'll be no more lies
There'll be no more lies
There'll be no more lies
There'll be no more lies
I will eat you alive
I will eat you alive
I will eat you alive


L'un des moments que j'ai le plus aimé est "The dinosaurs roam the earth". Ajouté à une musique géniale et nostalgique, cela me renvoie directement à l'ère du Jurassique. Parfois, j'imagine que des dinosaures marchaient devant ma fenêtre, il y a des lustres. C'est profondément ancré dans la réalité du temps. Et d'une certaine manière, y penser, c'est voyager dans le temps.
Les dinosaures sont la représentation ultime et la plus magique du temps. De quoi d'autre vous soucieriez-vous sur Terre, avant l'humanité ? Les bactéries ? Les poissons ? Il n'y a rien de plus magique que les dinosaures. Et c'est la raison pour laquelle je suis tombé littéralement amoureux du film original Jurassic Park et pourquoi je regarderais chacune de ses suites. À cause de l'aspect magique de tout cela. Je ne dirai pas que cela obscurcit mon jugement - je peux toujours juger l'aspect artistique global - mais il y a définitivement un élément magique. Un élément qui m'a poussé à attendre la suite de Jurassic World, même si le film n'était clairement pas génial et était noté 4/10 par votre serviteur. Mais j'ai attendu et j'ai noté la date dans mon calendrier.
Un vendredi après-midi, alors que j'étais sûr que le film sortirait deux semaines plus tard, je vérifiais au hasard les films à l'affiche et j'ai vu que le film passait... aujourd'hui. Quarante-cinq minutes plus tard, j'étais assis dans la salle de cinéma !

FILM A : Jurassic World 2 : Le Volcan


Tout d'abord, le film montre rapidement les protagonistes ramenés sur l'île d'Isla Nublar et aidant une organisation à sauver une douzaine de dinosaures. Bien que l'histoire soit bien sûr exagérée, dans le sens où personne ne voudrait retourner sur l'île après les événements dramatiques du film précédent, elle est crédible et plus que cela, extrêmement divertissante.
L'idée du volcan fonctionne très bien. Je suis un grand fan des volcans, qui ont aussi une dimension magique semblable à celle des dinosaures. C'est une idée vraiment brillante qui donne des images exceptionnelles, même si elles sont générées par ordinateur. Une fois de plus, nous nous trouvons dans la même vallée de Kaaawa que dans tous les films de Jurassic Park et pratiquement tous les épisodes de LOST. Mais cette fois, tout va beaucoup plus vite, en quelques minutes seulement, nous passons de l'observation de nombreux dinosaures à celle d'Owen face à la lave, en passant par d'innombrables situations où les gens sont soit mangés, soit presque mangés par des dinosaures, à une scène complètement épique où les dinosaures fuient le volcan en éruption. Quelle scène ! Nous sautons ensuite littéralement dans l'océan, dans une scène similaire et très effrayante. Les dinosaures sautent aussi. Eh bien, notre billet de cinéma valait vraiment chaque centime.
Visuellement, le film est tout simplement exceptionnel. Il y a un plan d'un dinosaure au bout d'un tunnel sombre, avançant lentement. La lave est également sublime.
Tout se termine lorsque les protagonistes quittent l'île, sur un plan extrêmement émouvant d'un dinosaure sympathique (un Diplodocus ? un Brachiosaurus ?) qui disparaît dans une scène plus émouvante que tout ce qui arrive à des personnages réels pendant toute la durée du film (128 minutes).

FILM B : Jurassic World 3 : Le Château


Après cela, un tout nouveau film commence réellement et c'est un changement drastique ! Pour résumer, nous passons d'un film d'aventure à un film d'horreur se déroulant dans un château isolé. Je n'aurais jamais eu l'idée d'écrire une telle intrigue. En soi, cette seconde partie est certainement originale et intéressante. Nous voyons des dinosaures courir dans les couloirs, sauter sur les toits et bien d'autres choses encore. C'est comme si Alfred Hitchcock réalisait une suite de Jurassic Park dans les années 50. En tant que cinéphile, je peux certainement apprécier certains aspects de tout cela.

Aucune leçon apprise


Mais, une fois de plus, comme prévu, aucune leçon n'est tirée du film précédent. D'une certaine manière, pourquoi essayer d'en tirer des leçons ? La leçon est que le film précédent a rapporté 1,6 milliard au box-office mondial. S'il devait y avoir une leçon, elle devrait être "faire exactement la même chose" et générer les mêmes revenus, si on a de la chance.
Mais néanmoins, je pense que le premier objectif de tout film est d'être bon, aussi simple que cela. Et seulement après, d'essayer de gagner de l'argent. Et Jurassic World: Fallen Kingdom n'est pas ce que je peux appeler avec assurance un bon film. On passe par les mêmes moments ennuyeux des méchants clichés. Il n'y a pas une seule once de gris. Nous avons les héros d'un côté, et les super-vilains de l'autre.
Une fois de plus, les protagonistes adorent ouvrir les portes aux dinosaures. À tel point que c'est en fait la fin du film, lorsque les héros décident du sort de l'humanité sur un simple bouton, en décidant de relâcher une douzaine de dinosaures dans la nature. C'est tellement mauvais que je n'arrive même pas à comprendre comment cela a pu arriver. C'est un moment clair où les scénaristes dictent les actions à leurs personnages et non l'inverse. Nous ne parlons pas de laisser quelques poneys et licornes dans la nature. Nous parlons de créatures mortelles et féroces. En tant que public, nous pouvons croire beaucoup de choses, comme le fait que les protagonistes retournent sur l'île. Mais nous ne pouvons pas croire qu'ils relâchent tous les dinosaures en Amérique. Même si cela fait une idée parfaite pour une suite, il y aurait dû y avoir une meilleure façon d'arriver au même résultat final.
Une fois de plus, nous passons par le même scénario ennuyeux des méchants qui veulent utiliser les dinosaures dans la guerre. Lisez ma critique de Jurassic World si vous voulez savoir ce que je pense de cette idée. Je pense toujours la même chose et j'espérais que les producteurs auraient appris leurs leçons. Mais comme je l'ai dit, il n'y a pas de leçons à tirer quand on tient un succès au box-office.
Et le plus important, les personnages sont des legos. Ils ne sont pas faits de chair. On retrouve les mêmes clichés stupides que ceux auxquels nous sommes habitués. Le Owen de Chris Pratt et la petite fille sont les seuls personnages intéressants. Tout le reste n'est que du bruit. Bryce Dallas Howard est bien sûr une belle femme mais cela s'arrête là. Elle est plus plate qu'un bémol sur un piano.
Et je ne commente même pas les deux jeunes personnages, qui viennent tout droit d'une série Z stupide comme NCIS. Je ne supporte pas les jeunes hackers, je ne supporte tout simplement pas physiquement ces personnages stupides.

Le monde perdu


Non seulement cela, mais le film est extrêmement similaire à The Lost World: Jurassic Park, la première suite de la saga. Dans ce film, les personnages ne sont pas aussi intéressants que ceux du film original, l'histoire va trop loin et il y a en fait deux films en un. Un film sur l'île, puis nous prenons un bateau pour le continent, où les dinosaures tuent autour du port. Il est très ironique que le temps passe mais que les leçons restent les mêmes et ne soient toujours pas apprises.

Jurassic World III


Et bien sûr, le film demande une suite. Et c'est parfaitement logique. Et oui, j'ai hâte de voir le prochain film. Et vous avez bien lu. Même si je pense que le film en lui-même n'est pas génial, j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à le regarder.

Verdict


Un film intense avec quelques grands moments mais qui échoue finalement, surtout parce qu'il utilise les mêmes mauvais éléments du film précédent. Je lui donne 4 sur 10. Moyen.


Commentaires (0)


Contactez-nous   Conditions générales   Politique de confidentialité   Copyright © 2024 France 1