Se connecter S'abonner



    

 Se connecter  S'abonner
MUSIQUE


CHROMATICA
LE SEPTIÈME ALBUM DE LADY SANS GAGA ?


Écrit par
Marie Dujean

 17 aot 2021   0 commentaires   1 j'aime    130 vues



De nombreux artistes célèbres ont commencé leur carrière avec un album explosif. Lady Gaga ne fait pas exception. Son premier album était une bombe de dance. Écoutez à nouveau The Fame et vous comprendrez ce que je veux dire. À l'époque, le message était très simple : sexe, gloire et argent. Les paroles étaient tout aussi explicites : I wanna make a ride on your disco stick (Je veux faire un tour sur ton bâton disco), I'm educated in sex, yes, and now I want it bad (Je suis éduquée au sexe, oui, et maintenant j'en veux vraiment), I'm your biggest fan, I'll follow you until you love me, papa, paparazzi (Je suis ta plus grande fan, je te suivrai jusqu'à ce que tu m'aimes, papa, paparazzi), Eh, eh, there's nothing else I can say (He, he, il n'y a rien d'autre que je puisse dire), Beautifuly, dirty, dirty, rich, rich, dirty (Belle, libertine, libertine, riche, riche, libertine).

Les années ont passé et Lady Gaga a mûri et a montré qu'elle était une artiste et une femme incroyable. Son album suivant, The Fame Monster, nous a montré ses vraies couleurs. Dans cet album, elle est devenue Gaga, cette femme bizarre qui sort du clip de Bad Romance (plus d'un milliard de vues sur YouTube, vous avez bien lu, un milliard). Elle n'était plus seulement une jeune fille sexy chantant sur le sexe, elle avait soudain une imagerie vivante qui fonctionnait à merveille.

Le temps a encore passé et nous avons eu la chance d'écouter Born This Way, un album où Gaga a commencé à délivrer un message clair. Elle n'était plus seulement une artiste pop mais avait désormais un message. Bien que cela ait fonctionné, il n'a jamais été aussi fort que The Fame Monster. Elle s'est ensuite perdue dans un album conceptuel aux chansons accrocheuses mais qui n'avait rien à voir avec l'art. ARTPOP est un album sur le sexe, pas sur l'art. Et c'est à ce moment qu'elle a commencé à mettre en avant un message qui, pour moi, était construit de toutes pièces.

D'une certaine manière, ARTPOP est son dernier album de danse électro, car elle a ensuite sorti un album avec Tony Bennett (Cheek to Cheek) ainsi que son album folksy dépouillé Joanne et la bande originale éponyme de A Star Is Born.
Sept ans après ARTPOP, il était donc logique qu'elle revienne aux sources avec un album de dance.

Intitulé Chromatica, l'album est censé avoir une signification. Dans sa playlist Spotify officielle intitulée Welcome to Chromatica, Lady Gaga fait ce qu'aucun artiste ne devrait faire : expliquer le sens de son travail. Ça commence mal. Pourquoi essayer d'expliquer son travail artistique ? Peut-être parce que vous êtes David Lynch et que vos fans ont envie de connaître la signification de vos images ? Mais même lui n'oserait pas vous dire le sens des choses. La deuxième option est qu'il n'y a en fait pas de véritable message et que l'artiste vous dira donc de quoi il s'agit. Alors, écoutons Gaga elle-même :

Le manifeste de Chromatica: quand j'étais plus jeune, je suis née à un moment donné, j'ai augmenté mon QI et mon QE et j'ai découvert que je vivais dans deux réalités à la fois. Elles se disputaient tout le temps et pourtant j'ai fait de la place pour les deux pour une raison que je ne peux pas expliquer. L'une des réalités que j'ai vécues était ma réalité terrestre, le tableau quotidien de ce qu'on m'a appris être mon état naturel dans la vie. À l'époque, je faisais aussi l'expérience d'un rêve simultanément, et ce rêve était en combat avec ma réalité terrestre à tout moment. Une vision où j'exécutais mes pensées pour le monde, un monde où je comptais d'une manière différente, un monde où j'étais apprécié pour des choses différentes. Et dans ce monde, j'étais gentille, et cette gentillesse se propageait à travers les gens par le son. Ce fut la naissance de Chromatica.

Oui, j'appelle ça des conneries. Vous en voulez encore ? Lady Gaga continue :

L'amour est un élément sur Chromatica, comme la terre, le vent, le feu, l'eau. C'est une force naturelle et c'est la seule façon dont je peux organiser ce super-organisme qu'est la Terre, c'est en en faisant un tout, où le temps et la structure linéaire n'ont pas d'importance, ils n'existent pas. Nous sommes tous l'amour, je suis l'amour, tout ce qui nous entoure l'est aussi, c'est notre façon de travailler, c'est la chose que nous initions et à laquelle nous répondons. C'est pourquoi tout arrive, que ce soit bon ou mauvais, c'est la seule façon de rendre les choses simples. Et pourquoi ça ne devrait pas être simple ? J'inspire et j'expire l'amour. Je ne crois pas que ce soit un choix autre que celui de respirer. C'est Chromatica. C'est ma façon de faire les choses difficiles. Ce n'est ni bien ni mal, et ce n'est ni plus ni moins qu'une autre perspective de la vie. Aucune chose n'est plus grande qu'une autre, la bonté gouverne toutes choses. Elle est simplement là, et c'est la mienne. Mais vous pouvez l'avoir aussi. Ma meilleure amie dit que partager, c'est prendre soin. Mais nous savons tous les deux que je n'ai pas besoin de partager votre point de vue avec vous pour que nous soyons tous les deux concernés.

Comme je me soucie de faire mon propre travail correctement, je vais aussi vous donner la transcription de la troisième partie de son manifeste.

Le manifeste de Chromatica est sans fin, je ne peux pas le terminer ici. Ce serait comme déclarer 'Je ne ferai plus jamais de musique ou ne serai plus Lady Gaga', ce qui signifierait que je cesserais d'être moi-même. Ce manifeste final marque le nouveau départ de ma vie, celui où je reconnais que le son est ma force vitale et que Lady Gaga est le mystère qui le porte. Chromatica ne peut pas se terminer, c'est ma façon de donner un sens aux choses, c'est ce que vous devriez dire aux gens s'ils vous demandent ce que c'est. Et pour ce que ça vaut, je pense que nous avons tous besoin de ça, de donner un sens aux choses, même si parfois ça semble absurde.

Après une telle explication, on s'attend à ce que ce monde complexe créé par une Lady Gaga duale contienne des paroles vibrantes qui prennent des risques et parlent d'éléments sombres et complexes de sa vie ou simplement de la vie. Eh bien, voici quelques-unes de ces chansons : Rain On Me, Fun Tonight ou Sour Candy. Arrêtons les conneries, d'accord ? Lady Gaga est une artiste incroyablement talentueuse, mais il n'y a pas de thème dans cet album. Il n'y a aucun risque. On passe d'une chanson dansante à une autre et oui, elle la délivre parfaitement, mais ne demandez pas un sens profond et complexe car il n'y en a pas, et c'est très bien ainsi. Elle est toujours aussi sexy dans ses vidéos, elle sait toujours danser, elle chante des airs accrocheurs et, franchement, elle ne devrait pas dire qu'il y a beaucoup plus que ça, car il n'y en a pas. Bien sûr, j'aimerais voir des chansons plus sombres, comme dans The Fame Monster. J'aimerais qu'elle prenne des risques. J'aimerais une chanson de dix minutes, j'aimerais une chanson sans beat et juste sa voix, j'aimerais plus. Parce que je sais qu'elle vaut beaucoup plus. Je l'admire vraiment et si son album est un emballage parfait pour les masses, elle peut aller plus loin. Elle pourrait déployer ses ailes et laisser Gaga voler. Au lieu de cela, elle nous montre la dame qui chante les choses habituelles que l'on écoute à la radio, et bien que j'aime aussi ce genre de musique, j'ai envie de plus.

Peut-être devrons-nous attendre quelques décennies pour en faire l'expérience. Une fois qu'elle ne sera plus aussi en forme physiquement et que les nouvelles filles du quartier la rendront sans intérêt, elle pourra peut-être produire son meilleur travail. Ou pas. Quoi qu'il en soit, Lady Gaga sera toujours avec moi.

Enfin, je donne 5 sur 10 à ce bon album de dance music mais ne vous attendez pas à un risque quelconque dans celui-ci.


Commentaires (0)


Contactez-nous   Conditions générales   Politique de confidentialité   Copyright © 2024 France 1