Se connecter S'abonner



    

 Se connecter  S'abonner
JEU


Returnal
Une nuit sans fin... et sans sauvegarde


Écrit par
Marie Dujean

 02 septembre 2021   0 commentaires   0 j'aime    111 vues



Après avoir enfin réussi à acquérir une PlayStation 5, un ami me convainquit hâtivement de jouer à Returnal. Le jeu étant disponible dans mon magasin d'occasion favori, j'obéis donc et démarrai ce jeu sans savoir vraiment ce qu'il m'attendait.

Sorti il y a quelques mois à peine (le 30 avril 2021), le jeu s'ouvre avec une astronaute aux commandes d'une navette spaciale, qui malheureusement s'écrase sur une planète inconnue. Heureusement, l'astronaute survit et c'est à ce moment que démarre notre quête.

Muni d'une arme basique, nous avançons dans une nuit permanente et découvrons des zones dans lesquelles des portes ouvrent sur d'autres zones. Malheureusement pour nous, ce grand labyrinthe est envahi de monstres particulièrement effrayants : de grand volatiles tirant des boules d'énergie mortelle, d'énormes pieuvres se téléportants et envoyant des boules d'autres couleurs avec une rapidité bien plus élevée.

Le gameplay est très prenant, car il faut être non seulement en permanence sur ses gardes, mais également être perpetuellement en mouvement lorsqu'on est confronté à une armadas de bestiolles rapides et, une fois de plus, terriblement effrayantes.

Mais la particularité du jeu qui dénote par rapport à ses contemporraiens tient dans une seule fonctionnalité, ou plutôt dans l'absence de fonctionnalité. Le protagoniste a une jauge de vie classique, comme on l'en trouve dans tous les jeux de shoot'em up. Dans beaucoup de jeux, il suffit de se cacher ou tout simplement de rester immobile pendant quelques secondes afin que la jauge ne se remplisse à nouveau. Dans d'autres jeux, il faut trouver des fioles de vie ou un champignon. Ici, c'est la même chose, le monde est rempli de fioles vertes qui permettent de retrouver des forces.
Jusqu'ici, rien de différent.
Mais dans les autres jeux, lorsque vous mourrez, vous réaparaissez à l'endroit de votre dernière sauvegarde, aujourd'hui automatiques. Pas dans Returnal. Quand vous mourrez, dans Returnal, vous mourrez, et vous retrouvez automatiquement renvoyé au lieu du crash, dans une boucle infinie. C'est là toute la frustration et la joie de ce jeu sans pareil.
Imaginez passer deux heures complètes de jeu pour ensuite mourir et recommencer totalement à zéro. Un calvaire, à tel point que durant l'une de mes premières parties, j'ai tout simplement supprimer le jeu de ma console dans un désespoir total.
Mais dès le lendemain, l'envie me reprenait, car ce jeu est délicieusement addictif. Comptez une partie par jour.

Une fois la frustration initiale passée, on comprend que le jeu a une courbe d'apprentissage. Contrairement à certains jeux comme Borderlands, où votre personnage devient de plus en plus fort à chaque partie, ici ce n'est pas le cas. Vous recommencerez toujours et encore au même niveau. Par contre, votre propre niveau de jeu va augmenter progressivement, partie après partie. Vous comprendrez et assimilerez les tactiques par rapport à chaque ennemi – chacun ayant son modèle d'attaque propre. Enfin, vous réussirez à atteindre le premier objectif, un point orange situé sur la carte et qui localise le premier boss du jeu. Car oui, même si ce boss parait invincible, il n'est que le premier boss.

Je vous le dit tout de go, vous ne batterez sans doute pas ce monstre dès la première tentative, ni la deuxième, ni la troisième. Mais après une bonne dose de sang froid et autant de courage et d'analyse, vous pourrez, un jour, le battre et découvrir un tout nouveau monde, encore bien plus complexe, rendant le premier monde assez facile en comparaison.

Cette exclusivité PS5 est un plaisir total, sorte de Groundhog Day perpétuel. Certes, vous recommencez chaque fois au début, mais les zones seront interconnectées à chaque fois d'une autre manière, rendant chaque partie inédite.


Commentaires (0)


Contactez-nous   Conditions générales   Politique de confidentialité   Copyright © 2024 France 1